Statistiques Clés sur l’Addiction au Jeu en 2024

Les statistiques sur l’addiction au jeu sont intéressantes, mais parfois difficiles à trouver. Nous avons lu des centaines de travaux d’études et avons recherché sur Internet des données sur l’addiction au jeu pour compiler les statistiques suivantes sur l’addiction aux Jeux d’Argent et de Hasard (JAH). Certaines d’entre elles nous ont surpris, d’autres nous ont choqués !

Statistiques Clés Sur L’Addiction Au Jeu

Nous sommes également fiers de présenter la première enquête que nous avons réalisée sur le comportement par rapport au jeu de nos utilisateurs sur QuitGamble.com : les 3300 réponses de personnes ayant des problèmes avec le jeu constituent l’enquête la plus vaste que nous ayons vue. Au total, les statistiques sur les problèmes avec les jeux d’argent et de hasard compilées ci-dessous ont été rassemblées à partir de plus de 150 sources.

Voici un résumé de tout ce que vous découvrirez sur cette page :
    2 millions de Français ont des problèmes de jeu. 20 millions
d’Américains rencontrent des problèmes avec les JAH, ou sont à risque
46 000 $ Somme que les joueurs à problèmes en Californie misent par an.
15x plus élevés
Taux de suicide chez les Joueurs à Problèmes par rapport aux Non-joueurs.
74 % des Joueurs à Problèmes Jouent aux Machines à Sous

    Principais Estatísticas de Dependência do Jogo

    • La Lettonie connaît les problèmes de jeu les plus importants au monde.
    • 2 millions de Français ont des problèmes de jeu.
    • Le coût social estimé du jeu problématique en France est de 8,6 milliards d’euros par an.
    • Jusqu’à 20 millions d’Américains ont des problèmes avec les JAH ou sont à risque.
    • 50,2 % de tous les joueurs de machines à sous ont des problèmes avec les JAH.
    • Le coût social pour un accro au jeu (IGJP 8+) dépasse 30 000 € par an.
    • La prévalence de l’addiction au jeu chez les hommes est 1,5 à 2 fois plus élevée que chez les femmes.
    • Les machines à sous sont les plus addictives. 74 % des joueurs compulsifs jouent aux machines à sous.
    • 77 % des accros au jeu jouent en ligne.
    • En moyenne, les personnes appelant la ligne d’assistance au jeu en Californie dépense annuellement 46 000 € dans les JAH.
    • Les taux de suicide parmi les joueurs compulsifs sont 15 fois plus élevés que dans la population générale.
    • 60 % des joueurs compulsifs fument et 26 % sont alcooliques.
    • 3 % des joueurs compulsifs américains ont plus de 300 000 € de dettes de jeu.

    Statistiques sur l’Addiction au Jeu dans le Monde

    Le jeu est un problème mondial. Dans le monde, 1,2 – 6,0 % de la population est accro au jeu. Mais quel pays a le taux d’addiction au jeu le plus élevé ? Quel pays a le plus grand nombre d’accros au jeu? Et quel pourcentage de la population française est accro au jeu ?

    • La Lettonie a les problèmes de jeu les plus importants au monde. 6,0 % de la population lettone connaît des problèmes avec les JAH.
    • La Chine compte le plus grand nombre d’accros au jeu dans le monde. Près de 60 millions de Chinois sont accros au jeu, soit 4 % de la population chinoise.
    • En France, 2 millions de personnes ont des problèmes de jeu, soit 2,9 % de la population.
    • Aux États-Unis, entre 1,2 et 6,2 % sont accros au jeu. Cela signifie qu’un maximum de 20 millions d’Américains ont des problèmes avec les JAH ou sont à risque.
    • En Australie, 3,1 % ont des problèmes de jeu.
    • 1,2 million de Canadiens, soit 3,2 % de la population, ont des problèmes de jeu.
    • Quelques autres pays européens : Autriche 1,1 %, Danemark 3,2 %, Finlande 3,3 %, Allemagne 2,3 %, Italie 3,0 %, Norvège 1,4 %, Portugal 2,9 %, Espagne 2,2 %, Suède 4 %, et Royaume-Uni 2,8 %.
    Statistiques sur la dépendance au jeu dans le monde en 2023. Quel est le pays le plus accro au jeu dans le monde ? Quelle est la prévalence de la dépendance au jeu dans différents pays ?
    Statistiques sur la dépendance au jeu en Europe en 2023. Quel est le pays le plus accro au jeu en Europe ? Quelle est la prévalence de la dépendance au jeu en France ?

    ___________

    Sources: EGBA, ENG.IMS, GamblingResearch, Griffiths (2016), IHE, Malischnig (2018) Meyer (2021) Rotermann (2022), Valleur (2015), SFI, Syvertsen (2022)

    Qui est le plus touché par l’addiction au jeu ?

    Y a-t-il plus d’hommes accros au jeu que de femmes ? Quels groupes d’âge souffrent le plus de problèmes d’addiction aux jeux ? Les enfants peuvent-ils avoir des problèmes de jeu ? Quelle est la prévalence de l’addiction au jeu parmi les étudiants universitaires ? Quel est le pourcentage d’adolescents qui risquent de développer un problème d’addiction au jeu ?

    Prévalence de l’addiction au jeu selon le sexe et le groupe d’âge

    • Quel sexe est le plus enclin à l’addiction au jeu ? Plusieurs études montrent que la prévalence de l’addiction au jeu chez les hommes est 1,5 à 2 fois plus courante que chez les femmes.
    • Le groupe d’âge qui compte le plus d’accros au jeu est celui des 18-24 ans, avec 7,1 %.
    • Parmi les 25-35 ans, plus de 5 % ont des problèmes de jeu.
    • Entre 35 et 54 ans, 2,7 % de la population sont accros au jeu.
    • Les personnes de plus de 55 ans sont les moins susceptibles de devenir accros au jeu, avec 0,5 %.
    • Prévalence des problèmes de jeu chez les enfants : 4 à 5 % des enfants de 12 à 17 ans présentent un ou plusieurs signes problématiques concernant le jeu. Une étude a montré que 10 à 14 % des élèves de lycée se situent dans la zone à risque de développer des problèmes avec les JAH. Les garçons jouent plus que les filles.
    • 75 % des étudiants universitaires ont joué au cours des 12 derniers mois.
    • 6 % des étudiants universitaires jouent de manière compulsive, et 8 % supplémentaires risquent de développer un problème.
    • Les problèmes de jeu sont plus courants chez les personnes vivant seules.

    Statistiques de suicide chez les accros au jeu

    L’addiction au jeu est celle qui présente le taux de suicides le plus élevé parmi toutes les addictions. Mais quelle est la prévalence du suicide parmi les joueurs problématiques ? Quelle est la fréquence du suicide parmi les accros au jeu ? Combien d’accros au jeu se suicident par rapport à la population générale ? Quelle part de tous les suicides peut être liée à des problèmes de jeu ?

    • Les taux de suicides parmi les joueurs problématiques sont 15 fois plus élevés que dans la population générale (âgés de 20 à 74 ans).
    • 30 % des joueurs problématiques au Royaume-Uni ont déclaré avoir tenté de se suicider avant de suivre un traitement en raison de leur addiction au jeu.
    • Au Royaume-Uni, 4 à 11 % de tous les suicides sont liés au jeu.
    • Les taux de mortalité chez les personnes âgées de 20 à 74 ans sont 1,8 fois plus élevés que dans la population générale.
    • Dans le groupe d’âge des 20 à 49 ans, le taux de mortalité pour les joueurs problématiques est 6,2 fois plus élevé, et le taux de suicide est 19,3 fois plus important que celui de la population générale.

    Statistiques sur les problèmes avec les jeux d’argent et de hasard dans les groupes ethniques

    Certaines études montrent des différences dans les taux d’addiction au jeu au sein de différents groupes socio-économiques. Cela pourrait expliquer les différences dans les taux de jeu problématique entre les groupes raciaux et ethniques aux États-Unis. Quel groupe ethnique joue le plus ? Quel groupe racial a les taux les plus élevés de statistiques sur le jeu problématique ? Quels sont les taux d’addiction au jeu parmi les différentes ethnies ?

    • Parmi la population hispanophone de l’Illinois, 7,3 % avaient des problèmes d’addiction au jeu en 2021.
    • 4,8 % des Américains d’origine asiatique sont signalés comme jouant de manière problématique.
    • 3,6 % des Afro-Américains ont du mal à contrôler leur habitude envers le jeu.
    • 2,9 % de la population blanche américaine de l’Illinois répond aux critères du jeu considéré comme problématique.
    Statistiques sur la dépendance au jeu pour différents groupes ethniques. Qui est le plus accro au jeu ?

    _______________

    Sources: Appleby (2017), BeGambleAware, CDPH, FCCG, GWL, IDSH1, IHE, Journal of Gambling Issues, LU, KNPR, Nower (2015) NYCPG, OAPGG, QG Survey 2024, ResearchGate, TeenHelp, Wong (2010), Wong (2016),

    Comportement par rapport au jeu parmi les accros au jeu

    Quels sont les jeux de casino les plus addictifs ? Sur quoi parient les joueurs problématiques ? Existe-t-il des statistiques sur la réalité des machines à sous ? Les joueurs en ligne sont-ils plus susceptibles de développer une addiction par rapport aux joueurs hors ligne ? Les statistiques sur le jeu problématique ci-dessous proviennent d’une enquête menée auprès de 3300 accros au jeu sur QuitGamble.com en 2024. Alors, quels types de jeu sont les plus à même de provoquer une addiction ?

    Quels jeux causent le plus de problèmes d’addiction?

    • 74 % des joueurs accros jouent aux machines à sous.
    • 33 % des personnes accros au jeu s’adonnent aux paris sportifs.
    • 32 % des joueurs problématiques jouent aux jeux de casino en direct, 17 % aux loteries et 12 % au bingo.
    • 50,2 % de tous les joueurs aux machines à sous connaissent des problèmes d’addiction aux jeux.
    74 % des Joueurs à Problèmes Jouent aux Machines à Sous
33 % des Personnes Dépendantes au Jeu parient sur les Événements Sportifs
32 % jouent aux Jeux de Casino en Direct

    Statistiques des jeux en ligne 2024 parmi les joueurs problématiques

    • 77 % des joueurs problématiques jouent en ligne.
    • 36 % des joueurs problématiques jouent dans des lieux physiques.

    ___________

    Sources: AGA, QG Survey 2024,

    Statistiques sur les conséquences financières du jeu

    Le jeu peut avoir des conséquences financières dévastatrices. Mais combien perdent les joueurs ? Combien coûte le jeu à la société ? Quel est l’impact économique de l’addiction au jeu sur la société ? Quel pourcentage de personnes sans abri sont accros au jeu ? Combien de dettes rassemblent les accros au jeu ? Quel est le montant moyen de la dette accumulée par les accros au jeu ? Quel pays perd le plus d’argent à cause des JAH ?

    Combien les accros au jeu perdent-ils en un an ?

    • Une étude a montré que les joueurs problématiques estimaient perdre une moyenne de 16 750 dollars par an.
    • Quels pays perdent le plus d’argent aux jeux ? Ce sont les Australiens qui dépensent le plus d’argent au monde pour les JAH, plus de 1000 dollars par joueur et par an.
    • En Californie, le joueur moyen appelant la hotline dédiée aux problèmes avec les JAH a dépensé 46 000 dollars par an pour jouer en 2020.
    • Les joueurs à risque perdent environ 3 000 dollars par an, tandis que les joueurs récréatifs perdent plus ou moins 500 dollars par an.
    • Aux États-Unis, les Américains ont dépensé 250 milliards de dollars aux jeux en 2022, soit 764 dollars par personne.
    • Seulement 50 % de l’argent joué dans les casinos provient des fonds que les clients laissent sur le tapis. Le reste est de l’argent prêté. Les casinos prélèvent un taux d’intérêt allant de 3 % à 10 % ou plus pour ce service.
    • Une étude concernant près de 300 personnes sans abri a montré que 23 % avaient des problèmes avec les JAH. Il existe une forte relation entre le jeu problématique et l’absence de logement.

    Statistiques sur la dette liée au jeu :

    La dette de jeu englobe celle des cartes de crédit, des prêts et des emprunts auprès des amis/famille. Quelle est l’ampleur de la dette de jeu d’une personne ayant une addiction au jeu ? Quel est le montant moyen de la dette accumulée par les accros au jeu ?

    • Par exemple, aux États-Unis, parmi les joueurs problématiques, 33 % ont des dettes de jeu entre 10 000 et 50 000 dollars, et 21 % ont une dette de jeu dans la tranche de 50 000 à 100 000 dollars.
    • Combien de personnes s’endettent à cause du jeu ? 84,2 % des joueurs problématiques ont des dettes. Seuls 15,8 % des joueurs problématiques sont sans dette.
    • 3 % des joueurs problématiques américains ont plus de 300 000 dollars de dettes de jeu.
    • Les femmes ayant des problèmes de jeu ont, en moyenne, une dette de jeu de 15 000 dollars.
    • 20 % des joueurs problématiques déposent le bilan en conséquence des pertes d’argent qu’ils ont accumulées au jeu.

    Combien coûte le jeu à la société ?

    Quels sont les coûts pour la santé associés à l’addiction au jeu ? Combien les employeurs perdent-ils à cause des employés ayant une addiction au jeu ?

    • Selon une étude suédoise, une personne ayant de graves problèmes de jeu (IGJP 8 ou plus, IGJP = Indice de Gravité du Jeu Problématique) coûte 30 000 € par an. Ce montant comprend les soins de santé, le traitement, la perte de productivité, le chômage, la criminalité, le sans-abrisme et le suicide.
    • Pour un joueur problématique à IGJP 3+, le coût est d’environ 14 000 €.
    • Le coût moyen pour tous les joueurs problématiques en Suède est de 4300 € par an.
    • En Suède, le coût du jeu problématique était de plus de 1,4 milliard € (14 milliards de SEK).
    • Les études en Australie montrent des coûts similaires par joueur problématique à ceux identifiés en Suède. En 2015, le coût estimé du jeu problématique en Australie était de 3,5 milliards € (AUD 4,7 milliards).
    • Le coût social estimé du jeu problématique en France (basé sur une structure de coûts similaire à celle de la Suède) est de 8,6 milliards d’euros.
    • Le jeu problématique coûte à la société américaine 8 milliards € par an.
    • Au Royaume-Uni, le coût du jeu problématique dépasse 2,2 milliards € par an (£1,8 milliard).
    30 000 € , coût/an pour un Accro aux JAH (PGSI 8+) 14 000 € , coût/an pour un Accro aux JAH (PGSI 3+) 8,6 Milliards d'euros – Coût estimé du Jeu Problématique en France.

    Taux d’activité criminelle liée à l’addiction au jeu :

    Le jeu problématique et la criminalité ont des coûts sociétaux et personnels importants. Les recherches montrent que le jeu excessif est fortement associé à l’activité criminelle. Quel pourcentage d’accros au jeu commettent des crimes pour soutenir leur addiction ? Combien les joueurs compulsifs volent-ils ? Les joueurs pathologiques sont-ils plus criminels que les joueurs problématiques ?

    • 50 % des joueurs problématiques ont commis des crimes.
    • 63 % des membres de Joueurs Anonymes avaient émis des chèques sans provision, et plus de 30 % avaient volé sur leur lieu de travail.
    • 67 % des accros au jeu commettant des crimes ont déclaré dans une étude qu’ils ne l’avaient fait que pour soutenir directement leur addiction au jeu.
    • Dans une étude portant sur 400 membres de Joueurs Anonymes, plus de 57 % ont déclaré avoir volé de l’argent pour financer leur comportement problématique dû aux JAH. En moyenne, chaque individu avait volé 135 000 dollars.
    • 73 % des détenus en prison ont montré des signes de problèmes avec les jeux d’argent.
    • Un tiers des détenus en prison ont des antécédents de jeu problématique.
    • Parmi les délinquants identifiés comme ayant de graves problèmes avec les JAH, 68,8 % ont avoué avoir commis des vols ou avoir obtenu illégalement des fonds pour payer ou pour régler des dettes liées au jeu, contre seulement 26,3 % de ceux considérés comme des joueurs problématiques modérés.
    • Les joueurs pathologiques sont emprisonnés à un taux près de deux fois plus élevé que les joueurs problématiques et près de 6 fois plus souvent que les joueurs à faible risque.
    • Seuls 5,4 % des prisonniers ayant des problèmes avec les jeux d’argent ont déclaré avoir reçu un traitement ou avoir assisté à des réunions d’auto-assistance.

    Statistiques sur l’argent dans l’addiction au jeu

    Combien d’argent les accros au jeu apportent-ils à l’industrie du jeu ? Quel pourcentage des revenus du jeu provient des joueurs problématiques ?

    • Pour les paris sportifs, 86 % des revenus proviennent de 5 % des joueurs.
    • Dans les casinos en direct et les machines à sous, les pertes de 5 % des joueurs ont représenté 74 % et 70 % des revenus des casinos.
    • 5 % des comptes de casino virtuel ayant les enjeux annuels les plus élevés ont représenté 82 % des revenus.
    • Les machines à sous et les jeux de casino ont représenté 93 % de tous les revenus des entreprises de jeu.

    _________

    Sources: AGA, BBC, Blaszczynski, debt.org, GGS2, GOV, GREO, LWW, NatCen, ICTNews, IDSH1, IGA, IHE, Lesieur (1998), LSE Research, Schwer (2003), SGD, Statista 1, Statista 2, Walters (2005), William (2005),

    À quel point l’addiction au jeu et les troubles coexistants sont-ils courants ?

    Combien d’accros au jeu ont des antécédents de problèmes de santé mentale ? Un taux étonnant de 96 % des joueurs problématiques réunissent également les critères d’une autre maladie mentale. Quelle est la relation entre l’addiction au jeu et l’abus de substances ?

    • 60 % des joueurs problématiques fument, selon 11 études réalisées dans plusieurs pays.
    • En conséquence de l’interdiction de fumer dans les lieux de jeu en Australie, au Canada, aux États-Unis et en Europe, les revenus des JAH ont chuté de 15 à 25 %.
    • 28 % des joueurs problématiques ont des problèmes d’alcool et 60 % ont eu des problèmes d’alcool dans leur vie.
    • 17,2 % ont un trouble d’abus de substances.
    • 69 % ont connu une anxiété grave ou des symptômes de dépression au cours de l’année écoulée. (Comparativement à 10,8 % parmi les non-joueurs)
    • Les autres comportements addictifs courants parmi les personnes atteintes de trouble du jeu sont la pornographie 29 %, les jeux vidéo 26,7 %, le travail 39,6 % et la nourriture 32,0 %.
    Troubles codépendants des problèmes de JAH
Alcool
60 % ont rencontré des problèmes avec l'alcool au cours de leur vie.
Tabagisme
L'interdiction de fumer dans les salles de jeu a fait chuter les revenus de jeu de 15 à 25 %.
Pornographie
Pour le grand public, ce nombre est de 10 %.
Dépression
69 % ont souffert de troubles d'anxiété grave ou de symptômes de dépression au cours de la dernière année.

    _________

    Sources: IDSH1, Thought Hub, UNLV, Alberta Gambling Research Institute, Lorains (2011)

    Traitement de l’addiction au jeu et taux de réussite

    Quel pourcentage de joueurs compulsifs cherchent à se faire soigner ? Quel est le taux de réussite des traitements pour l’addiction au jeu ?

    • Moins de 12 % des joueurs pathologiques ont cherché à se faire soigner.
    • 44,6 % ont déclaré être trop gênés pour demander de l’aide.
    • 25 % n’ont pas cherché à se faire aider, car ils pensaient ne pas pouvoir s’arrêter de jouer de toute façon.
    • Une étude en Illinois a montré que 64 % des personnes ayant des problèmes de jeu ont essayé de jouer moins, mais deux tiers n’ont pas réussi à le faire.
    • Parmi les personnes ayant des problèmes de jeu, 38,0 % ont reçu des services au cours de l’année écoulée pour un usage abusif d’alcool, 36,3 % pour un usage abusif de drogues et 36,8 % pour le stress ou la dépression.
    • Moins de 10 % de 232 participants consécutifs à des réunions des Joueurs Anonymes se sont activement engagés dans ce groupe d’entraide et se sont abstenus un an plus tard.

    ________

    Sources: Brown (1988), IDSH1, Slutske (2006)


    Liste complète des sources

    AGA: American Gaming Association

    Appleby (2017): Suicide by children and young people. National Confidential Inquiry into Suicide and Homicide by People with Mental Illness (NCISH). Manchester: University of Manchester

    Blaszczynski (1989) – Blaszczynski, A., McConaghy, N., & Frankova, A. (1989). Crime, antisocial personality, and pathological gambling. Journal of Gambling Behavior, 5(2), 137-152.

    GGS. Gambling in the Golden State 1998 Forward, By Charlene Wear Simmons, Ph.D. Assistant Director

    IDSH: 2021 Statewide Assessment of Gambling and Problem Gambling in Illinois

    Lorains (2011) Prevalence of comorbid disorders in problem and pathological gambling: a systematic review and meta-analysis of population surveys

    Lesieur (1998) – Henry Lesieur: Testimony Before the National Gambling Impact Study Commission, Atlantic City, New Jersey (January 22, 1998) (Institute for Problem Gambling).

    LSE Research: Measuring gambling-related harms: a framework for action 2018 Heather Wardle, Gerda Reith, David Best, David McDaid and Stephen Platt

    Malischnig (2018) – A brief overview of the Austrian gambling regulation and implication for player protection and harm minimization.

    Nower (2015) – Nower L, Eyrich-Garg KM, Pollio DE, North CS. Problem gambling and homelessness: results from an epidemiologic study. J Gambl Stud. 2015 Jun;31(2):533-45. doi: 10.1007/s10899-013-9435-0. PMID: 24395010.

    Schwer (2003) – Schwer, R. K., Thompson, W. N., & Nakamuro, D. (2003, February). Beyond the limits of recreation: Social costs of gambling in southern Nevada. Paper presented at the Annual Meeting of the Far West and American Popular Culture Association, Las Vegas, Nevada.

    Slutske (2016) – Slutske W. S. Natural recovery and treatment-seeking in pathological gambling: results of two US national surveys. Am J Psychiatry 2006; 163: 297–302.

    Stewart (1988) – Stewart, R. M., & Brown, R. I. F. (1988). An outcome study of Gamblers Anonymous. British Journal of Psychiatry, 152, 284 – 288

    Walters (2005) – Walters Glenn, The Effect of a Gambling Lifestyle Group Intervention on Subsequent Disciplinary Adjustment in Male Prisoners Addictive Disorders & Their Treatment 4(1):p 21-28, March 2005.

    Williams (2005) – Williams, R.J., Royston, J., & Hagen, B. (2005). Gambling and problem gambling within forensic populations: A review of the literature. Criminal Justice & Behavior: An International Journal 32(6), 665-689.

    Wong (2010) – Wong, P.W.C. et al. (2010) A psychological autopsy study of pathological gamblers who died by suicide. Journal of Affective Disorders 120, 213-216

    Voulez-vous en savoir plus ?

    Lisez davantage sur les statistiques de l’addiction au jeu pour différents pays.